La nouvelle cohorte de travailleurs est associée à la génération Y, ceux-ci sont stimulés par un environnement de travail où l’apprentissage et le développement des compétences sont essentiels. L’insatisfaction de leurs attentes les conduit rapidement à vouloir changer d’employeur. D’ailleurs, avec l’aide de leurs réseaux de contacts et de la technologie, ils ont une connaissance plus exacte et en temps réel de leur valeur sur le marché du travail. Ce dernier point doit être pris en considération par le gestionnaire, car le roulement de ce type de personnel peut être plus élevé que celui des autres catégories d’employés si l’on ne met pas en place les actions nécessaires pour le retenir et l’intégrer dans l’entreprise.

L’employé de la génération Y est à gérer avec doigté. Son approche du travail se distingue de celle de ses prédécesseurs : il sera souvent plus axé sur les résultats que sur le temps accordé à la besogne. Pour le gestionnaire, superviser ces travailleurs revient donc à trouver un juste équilibre entre encadrement et latitude au travail.

Les défis des employeurs devant la génération Y sont tous les mêmes :
• Comment donner à votre entreprise une notoriété qui la rende attrayante auprès des chercheurs d’emploi?
• Comment contrer les difficultés associées aux pénuries actuelles d’effectifs?
• Comment attirer et fidéliser la génération des Y dotée de compétences essentielles?
• Comment instaurer et maintenir un milieu de travail plaisant et épanouissant pour vos collaborateurs?

Malgré toutes ces questions, je peux affirmer qu’il ne faut pas avoir peur de ces jeunes. Ils sont passionnés, idéalistes et ils rêvent comme vous d’un monde meilleur. Et si c’était vous qui aviez peur de leur laisser prendre les rênes? Un conseil : écoutez-les! Ils ont des choses à dire et ils sont notre futur et un atout précieux pour votre organisation.